Chants de l’Aube

…Lorsque la musique savante persane rencontre la grande tradition hindoustani

« J’ai essayé tous les remèdes, mais nul n’est plus puissant que l’amour.

Si une seule goutte tombe en toi, elle te transmue.

L’amour ne se vend pas dans les échoppes,

Si tu es en quête d’amour, offre d’abord ta tête.

Etrange en vérité est la quête de l’amour

Qui la connaît devient muet.

Vient-il, il ne part plus,

part-il, il ne revient plus. »

~ Kabîr

Constantinople et ses invités prestigieux, le joueur de sarangi Pandit Dhruba Ghosh (Grammy Award 2011) et le tablaïste Ravi Naimpally, voyagent sur la Route de la soie et renouent avec la tradition de dialogue entre musiques savantes de l’Iran et de l’Inde du Nord, terreau et source d’inspiration mutuelles. Cet écho aux temps anciens où circulaient déjà instruments, savoirs et maîtres nous élève vers des espaces imaginaires aux couleurs inédites. Les sublimes poèmes de Kabîr (1440-1518) et de Amir Khusrow (1253-1325) prennent vie à travers chants et improvisations. Une nouvelle œuvre du compositeur Sandeep Bhagwati rejoint également ce programme embrasant.

Photos

Vidéos