Pooria Pournazeri

Tanbour

Né en 1982, Pooria Pournazeri est l’héritier d’une famille de culture et de musique : sa mère enseigne, tandis que son père est facteur d’instruments traditionnels. Celui-ci entreprend de lui enseigner le luth tanbour dès l’âge de six ans. Quatre ans plus tard, il s’initie au sétar auprès de Afshin Ramin. À quinze ans, il donne ses premiers cours dans un institut dédié. En 1997, il obtient la 3e place en musique vernaculaire au Festival des Jeunes musiciens de Téhéran et poursuit parallèlement son apprentissage auprès de son oncle Keikhosro Pournazeri. En 1998, il intègre le bien connu Ensemble Shams, où il devient chef d’orchestre pendant deux ans. Il réalise dans ce cadre l’album Mastan salamat mikonand et part en tournée à travers l’Iran. Après une pause de près de dix années, il rejoint à nouveau ce groupe (2010) pour plusieurs concerts, enseigne au Shams Music Institute et met en œuvre le disque Tanbours Chant.

Durant toutes ces années, il exprime le désir de voir grandir sa créativité et compose inlassablement, se contentant rarement de « simplement jouer ».

C’est assez naturellement qu’il entreprend en 1999 l’exploration du riche patrimoine oral de son pays, d’où il extrait de nouvelles idées musicales.

En 2000, il intègre un groupe de rock, Public Voice et se lance dans l’apprentissage de la percussion et de la batterie. Au fil de cinq années, il se produit en concert à Téhéran, Rasht, Isfahan et concrétise l’album Scape from Darkness.

En 2006, il commence à travailler sur son premier album solo Zhoor qui combine éléments de répertoire populaire et tanbour. En 2010, le label Hermes édite son disque, aussitôt salué par la critique. « Une expérience précieuse », selon l’artiste. L’album se fraye même une place dans le très côté magazine Songlines, dédié aux musiques du monde où il est identifié comme l’un des meilleurs de l’année.

En 2009, le jeune musicien forme Rivaan avec la contribution de ses étudiants et de musiciens jouant des instruments persans et étrangers. Témoignant d’une rare inventivité, l’ensemble tourne et réalise les disques Rivaan et Let’s Make The Earth Peaceful.

En 2011, il est repéré par l’organisation australienne Modern Art Music et compose pour The Global Climate Change Music Project.

Il est désormais établi à Montréal où il enseigne le tanbour, le sétar et le daf et se produit régulièrement. Il a notamment contribué au projet Sufi-Yogi à l’automne 2011 et a composé pour Éclats, la nouvelle création de l’Ensemble Constantinople présentée en novembre 2012 et destinée à voyager.

Son nouvel opus, Soo Soo, est sur le point de paraître.