La Nuit aux 1000 oreilles

Poésie et musique inspirées par Sappho

Port, place de commerce, villégiature pour les notables, étape pour tout voyageur, l’île de Lesbos était prisée sur la route des colonies grecques d’Asie Mineure. Verdoyante, parfumée, couverte de vignes et de bois de myrte, la beauté de ses femmes faisait sa réputation. Parmi elles, la poétesse Sappho de Mytilène, aussi célèbre en son temps que le grand Homère.

S’abandonnant à l’écriture de textes savants et passionnés, elle était aussi danseuse, musicienne, comme toutes les courtisanes qui l’entouraient, ses sœurs, ses amantes, à qui elle transmettait les arts des muses.

Sappho stupéfie par la puissance de ses mots, leur empreinte visionnaire. Deux mille cinq cents ans plus tard, ils continuent d’initier des espaces libres et à semer l’exaltation.

Parmi la centaine de fragments poétiques qui ont résisté à l’éparpillement de l’Histoire, il y a cette phrase : « je pense qu’en d’autres temps, quelqu’un se souviendra de nous ». Cet écho du VIe siècle avant J.-C. aux allures de prédiction frappa au commencement l’imagination de l’ensemble Constantinople : comment créer une musique du Présent reliant les trois dimensions du temps – plongeant dans un très lointain héritage et tâchant de l’éclairer par l’intuition du futur ? Ainsi naquit dans un souffle inspirant La Nuit aux 1000 Oreilles.

Parce qu’il ne reste rien de la musique composée par Sappho, Constantinople et ses invitées se sont lancés dans une reconstitution imaginaire pour donner vie à ces vers qui parlent de l’amour, du désir, du corps féminin, du mariage, de l’exil, d’Aphrodite ou d’Éros. Et comme dans la restauration d’une fresque en morceaux, les six ont emprunté aux fragments musicaux de la Grèce du IIe siècle avant J.-C. jusqu’à l’Antiquité tardive, ainsi qu’à la tradition orale de Lesbos, comblant les manques par des improvisations et des compositions pour instruments persans (sétar, santûr, tombak), viole d’amour, clarinette basse et percussion. « Ce travail nous a plongé dans une belle sensation de fragilité et d’intemporalité; c’était comme faire à la fois de l’archéologie et de la création contemporaine. » (Kiya Tabassian)

Ainsi contribue Lori Freedman (Montréal), clarinettiste et compositrice de l’avant-garde appréciée du monde des musiques contemporaines et du jazz, en contrepoint du trio Constantinople.

Quant à la voix amoureuse, sensible, intemporelle de Sappho, elle est portée par la chanteuse grecque Savina Yannatou (Thessalonique) – l’une des figures consacrées du chant méditerranéen –, et la présence scénique sublime de l’artiste interdisciplinaire D. Kimm (Montréal).

Et voici cette nuit aux mille oreilles que Sappho dépeint dans ses vers destinés à Anactoria, l’aimée partie vers la Sarde lointaine :  « cet appel inconnu et secret d’aller là-bas vers elle, la nuit aux mille oreilles le redit et le répète à travers les flots. »

Comment ne pas souhaiter que l’hommage à la poétesse remonte le cours d’une nuit séculaire pour lui parvenir?

 

RÉCRÉATIONS ET IMPROVISATIONS

Poésies de Sappho (Lesbos v. 625 – id. 580 av. J.-C.) mises en musique sur des fragments musicaux de :

Mesomedes de la Crète (début du IIe siècle)

Seikilos (début du IIe siècle)

Athenaios (128 ou 127 avant J.-C. à Delphi)

Limenios (128 ou 127 avant J.-C. à Delphi)

Achilleus attribué à (IIIe ou IIe siècle avant J.-C.)

Orestes (IIIe ou IIe siècle avant J.-C.)

Des chants traditionnels de l’île de Lesbos et de la Grèce antique, ainsi que quelques pièces originales.

 

PROGRAMME  (soumis à variations)

Dream of Black / Rêve dans la nuit bleu et noir

Basée sur Mesomedes, (fragment datant de la période Romane: IIe siècle)

Fragments de Sappho

 

Hymne au soleil (fragment datant de la période Romane: IIe siècle)

Fragments de Sappho

 

Seikilos (fragment datant de la période Romane: IIe siècle)

 

Someone will remember us (naseste tina)

Fragments de Sappho / Musique de Kiya Tabassian

 

Chélidonisma (La chanson de l’hirondelle), transmis oralement par Athénée (Baud-Bovy 1946) attribué à VIe siècle avant J.-C. / Chanson de quête chantée à l’occasion du retour du printemps.

 

Stars around the beautiful moon / Les astres autour de la lune belle

Basée sur Delphi, Paean de Anthenaios (fragment datant de 128-7 avant J.-C.)

Fragments de Sappho

 

You came and I was crazy for you / La nuit vague

Basée sur Delphi, Paean de Limenios (fragment datant de 128-7 avant J.-C.)

Fragments de Sappho

 

Sophocles Junior, Achilleus ? (fragment datant de IIIe ou IIe siècle avant J.-C.)

Fragments de Sappho

 

Eros (fragment datant de IIIe ou IIe siècle avant J.-C.)

Fragments de Sappho

 

Sweet mother / Glikia Mater

Fragments de Sappho

 

Berceuse de l’Île de Lesbos

 

SAPPHO, la poétesse grecque (Lesbos v. 625 – id. 580 av. J.-C.)

Considérée par Platon comme la dixième muse et reconnue aujourd’hui comme la plus grande poétesse de l’Antiquité, on ne sait en réalité pratiquement rien de la vie de Sappho, si ce n’est qu’elle vécut dans l’île de Lesbos, dans la ville de Mytilène au VIIe siècle avant Jésus Christ, et que ses parents étaient des nobles.

Aristocrate, elle se mêla aux luttes politiques de son temps et connut l’exil. Elle anima une école de jeunes filles, « La Maison des servantes des Muses » où on apprenait la musique, la danse et la poésie.

Selon Ovide (Héroïdes, XV), elle s’est jetée dans la mer au cap Leucade, par amour pour Phaon : ces amours tragiques inspirèrent nombre de poètes et d’auteurs dramatiques, notamment Lyly, Sapho et Phaon, 1584 ; Grillparzer, Sapho, 1818 ; Leopardi, le Dernier Chant de Sapho, 1824.

Sa poésie connaît dans l’Antiquité un grand succès. Ses vers, récités en public, furent imités et traduits par Catulle, Horace et Ovide. Elle en avait composé neuf livres, dont nous avons aujourd’hui environ 650 vers, tous écrits dans une langue exquise. Les plus célèbres sont ceux qu’elle consacre à l’amour-passion, au style considéré comme typique du sublime ancien. Elle chante aussi la beauté de la nature, compose des prières et des vers épiques, chante la vertu, la beauté, la mort. Pratiquant la musique comme la danse et la poésie, Sappho a créé des rythmes et des mètres nouveaux connus sous l’appellation de strophe saphique.

Photos

Vidéos