Missa Mystica

Cantigas de Santa María

Conçue comme un concert cérémoniel, Missa Mystica se veut comme un cheminement vers le sublime dont l’homme de cœur serait la mesure. Il célèbre la quête spirituelle et le sacré, loin des observances rituelles et des orthodoxies religieuses.

Parmi les répertoires méditerranéens revisités avec la complicité de Savina Yannatou et son timbre cristallin, Constantinople met en lumière l’un des trésors de la littérature du Moyen-Âge : les Cantigas de Santa María. Fleurons du XIIIe siècle ibérique, les manuscrits des Cantigas témoignent d’un âge où savants, poètes, musiciens, danseurs, scribes et enlumineurs, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou juifs, servaient l’art dans un esprit oecuménique et universel, dont Tolède pourrait bien être la cité symbole. Cette fable mystique écrite en galicien, langue par excellence de la poésie lyrique médiévale, empreinte d’amour courtois et de satire, loue les miracles de la Vierge. « L’art du troubadour exige de l’entendement et de la raison (…), j’espère que Dieu me permettra de dire un peu ce que je désire. Et ce que je désire, c’est que la Vierge fasse de moi son troubadour » – Alfonso El Sabio, roi de Castille, commanditeur.

Ce programme s’abreuve également à d’autres sources et traditions, non moins précieuses : chants syriaques, corses, turcs et persans réfléchissent le terreau commun entre Orient et Occident. Le cinquième vers du Cantigas En o nome de Maria qui décrit les cinq lettres du nom de Marie, sert par ailleurs de refrain pour ponctuer les cinq parties de cette procession musicale.

Démontrer que du brassage des cultures et de l’échange des savoirs jaillit l’esprit, c’est bien là l’horizon visé par cette création. Sur scène, six musiciens, de l’Iran au Québec, de l’Anatolie à la Grèce, dépositaires de traditions musicales diverses, offrent la preuve d’une possible communion.

 

PROGRAMME (provisoire)

 

Louange à la mer, Kiya Tabassian (based on several Cantigas)

 

I. En o nome de Maria (Cantigas de Santa Maria 70) 

Pero que seja a gente (CSM 181) / Rosa das rosas (CSM 10)

Muito demonstra a Virgen (CSM 292)

 

II. En o nome de Maria (CSM 70)

A Virgen Madre de Nostro Sennor (CSM 41)

Como poden per sas culpas (CSM 166)

Toda cousa que à Virgen (CSM 117)

Sobelos fondos do mar (CSM 193)

 

III. En o nome de Maria (CSM 70)

Que por al non deves’ome Santa Maria Servir (CSM 295)

En o nome de Maria (CSM 70)

Planctus Ante nescia, Godefroy de St Victoire (1170-90)

Con razon nas creaturas (CSM 342) & Non pod’ome pela Virgen  (CSM 127)

Nihavand Ilahi, Chant sacré, Seyyid Seyfullah (XVIe siècle)

Wa Habibi, chant Syriaque

U Lamentu Di Ghjiesu, Lamentation Corse

 

IV. En o nome de Maria (CSM 70)

Des oge mais quer eu probar  (CSM 1)

Stella splendens, Livre Vermeil de Montserrat (1399)

Shubho lhaw qolo, chant Syriaque

Pois que dos reys nostro sennor (CSM 424)

 

V. En o nome de Maria (CSM 70)

Miragres fremosos (CSM 37)

Photos