Cantigas de Santa Maria

Conçu comme un concert cérémoniel, Missa Mystica se veut tel un cheminement vers le sublime dont l’homme de cœur serait la mesure. Il célèbre la quête spirituelle et le sacré, loin des observances rituelles et des orthodoxies religieuses.

Parmi les répertoires méditerranéens revisités avec la complicité de la chanteuse Savina Yannatou et son timbre cristallin, Constantinople met en lumière l’un des trésors de la littérature du Moyen Âge, soit les Cantigas de Santa María. Fleurons du XIIIe siècle ibérique, les manuscrits des Cantigas témoignent d’un âge où savants, poètes, musiciens, danseurs, scribes et enlumineurs, qu’ils soient chrétiens, musulmans ou juifs, servaient l’art dans un esprit œcuménique et universel, dont Tolède pourrait bien être la cité symbole. Cette fable mystique écrite en galicien, langue par excellence de la poésie lyrique médiévale, empreinte d’amour courtois et de satire, loue les miracles de la Vierge.

« L’art du troubadour exige de l’entendement et de la raison (…), j’espère que Dieu me permettra de dire un peu ce que je désire. Et ce que je désire, c’est que la Vierge fasse de moi son troubadour » – Alfonso El Sabio, roi de Castille

Galerie de photos

Sur scène

Top
X